Juste une mise au point…

Faire du corset sur mesure n’est pas toujours facile de nos jours mais j’adore ça et je suis heureuse de le faire. Cependant, certains jours, je reçois des « demandes » qui me mettent le moral à zéro, avec l’impression de ne pas être reconnue comme professionnelle dans de ce que je fais : du corset, non seulement en tant que passion mais aussi et surtout en tant que métier.

Alors aujourd’hui, je me lance dans l’écriture de cet article pour anticiper les réponses à ces demandes qui m’arrivent parfois (pas tout le temps mais parfois) et auxquelles je ne peux malheureusement pas répondre favorablement pour de bonnes raisons que je tiens à vous exposer ici afin de ne pas être mal interprétée. C’est aussi l’occasion pour moi de vous aider comme je le peux et de vous donner des solutions pour trouver les réponses à vos interrogations. J’espère qu’elles vous seront utiles.
Je vous préviens par avance que cet article ne s’adresse qu’à peu de personnes mais je suis sûre, en revanche, qu’il parlera à tous mes collègues corsetiers, créateurs ou spécialistes du sur-mesure…

1. Quand vous me demandez le patron d’une de mes pièces, je ne peux malheureusement pas vous le donner.
Pourquoi ? Je sais bien que, dans ce cas, la pièce vous plaît énormément et que vous aimeriez avoir la même et la reproduire par vos soins. Si je ne peux vous envoyer gratuitement mon patron, c’est bien parce que c’est mon travail de créer ces patrons uniques ou de détourner à ma façon des patrons anciens qui deviennent alors innovants. Cela nécessite aussi un savoir-faire que j’ai acquis en autodidacte puis en faisant une école payante et beaucoup avec l’expérience.

Exemple : C’est comme si vous demandiez à un biscuitier de renommée la recette mystère de son merveilleux biscuit ou à un architecte les plans d’une maison qu’il a dessinée pour quelqu’un d’autre.

Solutions : Des patrons tout faits existent soit dans les livres, tels Corsets and Crinolines de Norah Waugh, Corsets, historical patterns and techniques, de Jill Salen mais il y a aussi des patrons vendus prêt à l’emploi, généralement commercialisés par des corsetières comme Atelier Sylphe en France (patrons de corsets anciens). Le jour où je déciderai de commercialiser mes patrons, vous serez alors informés mais pour le moment, ce n’est pas dans mes projets.

Patron de serre-taille

Comme vous pouvez le voir, ce patron a été créé puis retravaillé, redessiné jusqu’à obtenir ce que je voulais pour cette pièce unique. Des heures et des heures de travail sont nécessaires.

2. Quand vous me demandez précisément comment construire une pièce, comment assembler une robe corsetée ou autre, là aussi, je ne peux pas vous l’accorder.
Pourquoi ? Cela revient à me demander un cour de corset. Chaque pièce étant unique, il faut réfléchir (parfois longtemps) avant de trouver la meilleure façon de faire et pour certaines pièces techniques, comme la robe corsetée, j’ai moi-même mis plusieurs mois de travail avant de trouver la meilleure façon de faire (façon qui peut être différente pour quelqu’un d’autre).

Exemple : si vous essayez de faire des macarons pour la douzième fois et que vous n’y arrivez pas, vous n’allez pas demander à Pierre Hermé comment il fait ! Soit vous prenez un cours, soit vous allez en acheter en boutique.

Solutions : Si vous voulez faire votre corset (ou autre) par vous-même, alors à vous de trouver comment faire, de réaliser vos propres essais, de réfléchir aux meilleures techniques. J’ai déjà donné pas mal d’éléments techniques dans mon ancien blog, je ne peux pas faire plus.
Vous pouvez aussi prendre des cours. Certains corsetiers en dispensent, généralement sous forme de stage. Demandez-moi si vous êtes intéressés, je vous mettrai en relation.
Vous pouvez aussi suivre une formation, il y a des écoles spécialisées ou alors des modules « corset » dans certaines formations de mode.
Si vous ne voulez pas ou n’y arrivez pas, vous pouvez alors commander chez un corsetier qui lui, aura le savoir-faire.
Là aussi, le jour où je déciderai de dispenser des cours, vous serez informés.

Préparation coutures anglaises pour une robe corset

Ce n’est pas un secret : je fais des coutures anglaises pour certaines de mes pièces, notamment pour cette robe corsetée.

3. Quand vous me demandez de prendre 3 minutes pour vous raconter l’histoire du corset, de ses matériaux selon les époques… là aussi, je ne peux pas forcément vous répondre.
Pourquoi ? Premièrement, je ne suis pas historienne du corset. Je connais bien sûr l’histoire du corset mais, comme vous pouvez le constater, ma spécialité n’est ni le corset historique ni le costume. Donc, vous dire par exemple en quelle année le roseau a été utilisé puis abandonné, je ne le peux pas. Deuxièmement, cela ne me prendrait pas 3 minutes de vous faire l’histoire du corset… mais beaucoup plus de temps et pour un artisan, il n’est pas forcément aisé de trouver du temps pour répondre à chacun sur des sujets aussi vastes.

Exemple : Est-ce que vous demandez à votre plombier l’histoire de la plomberie au fil des siècles ou à votre boulanger quand et comment le croissant a été inventé ? Non, vous allez chercher sur internet…

Solutions : Vous pouvez trouver sur internet des articles sérieux sur le corset, notamment sur son histoire. Des livres aussi existent, notamment ceux cités précédemment.
En revanche, si vous souhaitez en connaître un peu plus sur mon savoir-faire, découvrir mon atelier et me poser toutes les questions que vous voulez sans forcément passer commande, sachez que j’ouvre mon atelier lors des JEMA, ou alors le reste de l’année grâce à des sites qui sont spécialisés dans les découvertes des métiers, tels que Meet my Job ou Pass on.

Baleines pour corset

Personnellement, pour mes corsets, j’utilise des baleines en acier, rigides ou spirales.

Ce ne sont ici que quelques exemples de questions que je reçois et cela vous semble peut-être logique que je reçoive ce genre de demandes (et alors vous me trouvez réellement cruelle de ne pas y répondre positivement) ou alors, au contraire, vous trouvez cela totalement abusé…

La finalité de cet éclaircissement, c’est de vous rappeler que faire des corsets n’est pas que ma passion mais aussi mon métier. Que ce soit du temps pris sur mon temps de travail, des conseils en savoir-faire… tout cela fait partie de mon métier et par conséquent, je ne peux pas forcément répondre favorablement à toutes vos demandes. Cela ne m’empêche pas de vous répondre et dès lors, ne prenez pas mes réponses négatives pour du mépris ou de la méchanceté mais juste comme une réponse professionnelle et aussi comme un encouragement à faire par vous-même étant donné que vous êtes dans cette démarche.
Sinon, des sites d’entraide pour la couture existent, comme le très célèbre forum des Fées Tisseuses vers lequel je vous renvoie : ces forums ont justement pour vocation de recevoir vos questions et les participants vous répondront dans la mesure de leur savoir-faire. Parfois, les réponses à vos questions y seront déjà présentes.

En revanche, je suis quand même plutôt ouverte (j’ai reçu de nombreux curieux à l’atelier et répondu à de nombreux mails), notamment pour vos questions sur l’entrée dans le monde de la corseterie.
Par ailleurs, lorsque vous venez pour vous faire corseter, là aussi, je prends le temps de répondre à toutes vos questions et il est alors normal, et cela fait partie du processus de création de votre pièce personnalisée, de passer ce temps ensemble pour construire votre projet.

Désolée donc aux futures personnes qui ne liront pas l’article au préalable et me poseront ce genre de questions, j’espère que vous ne serez ni vexés de ma réponse ni découragés dans votre démarche.

A bientôt !

One thought on “Juste une mise au point…

Comments are closed.